Les jeux « de rôle » sans meneur de jeu : le point sur la question

fiches de personnage click'n'load

fiches de personnage click’n’load

 

Les jeux de rôle sont intimement associés à l’idée d’un « Maitre de jeu », à la fois metteur en scène et arbitre. Pourtant, il existe des jeux qui s’en passent. Certains sont même devenus des classiques. Et ils offrent, pour beaucoup d’entre eux, une facilité de mise en place et une accessibilité renouvelée aux rétifs au JDR. Voici donc un rapide bilan des jeux disponibles en français pour ceux qui veulent briller en société.

 

Une rapide typologie

Ces jeux sont très différents les uns des autres. Voici une ébauche de classement permettant de les distinguer

  • Les jeux compétitifs ou l’équilibre entre les joueurs est arbitré d’abord par le système, exactement comme dans un jeu de plateau (A1)…et de l’autre coté des jeux plus collaboratifs ou les joueurs sont supposés se mettre d’accord sur le contenu (A5).
  • Les jeux plus ou moins asymétriques ou les compétences du MJ sont réparties entre les joueurs (B1), et les jeux ou tous les joueurs ont le même rôle (B5).
  • De même, une dernière catégorie est reversée aux inclassables, notamment les jeux ou le role dévolu au MJ « tourne » (C1) ou les systèmes plus proche des « Livres dont vous êtes le héros » ou le MJ est externalisé (D1)

Quelques mécanismes clefs

En vrac, quelques mécanismes….

  • Une « économie du jeu » : certains jeux utilisent une sorte de « monnaie » pour arbitrer les participations. Mon budget est épuisé ? je dois faire certains types d’actions « négatif », par exemple. Deux joueurs veulent agir ? Une enchère se déclenche.
  • Les phrases rituelles: une fois prononcées, elles ont une valeur mécaniques dans le jeu (Polaris, ci dessous, en est l’exemple type). Par exemple « il n’en sera pas ainsi », ouvre un défi. L’avantage est aussi de rester, même dans la résolution, complètement dans l’ambiance du jeu !
  • Les jeux sans MJ ne sont pas nécessairement étrangers au « secret » conservé par le MJ. Il peut etre détenu par le système, l’un des joueurs ou une combinaison d’entre eux.
extrait du plateau de jeu par Czakow

extrait du plateau de jeu par Czakow

Quel intérêt ?

Les jeux « sans MJ » sont très divers, comme on le voit, et il est donc difficile de généraliser.

  • Je suis un roliste satisfait de ma pratique :  vous ne perdez rien à découvrir comment un système permet de faire fonctionner un jeu-pour-créer des histoires différemment. Et des jeux comme Mnémosyne par exemple permettent d’explorer d’autres facettes de votre JDR/univers favori (une extension gratuite est dédié à cela) et donc de l’insérer dans votre pratique, entre deux grands épisodes d’une campagne, pour surprendre vos joueurs…en tout cas, vous avez les « compétences » pour jouer à tous les jeux, y compris les jeux collaboratifs ou plus « freeform ».
  • Je suis un ancien rolistes qui voudrait bien m’y remettre, ou partager avec des non joueurs : personnellement, j’ai tendance a penser que les jeux totalement compétitifs sont mieux placés pour aider les non joueurs a s’intégrer dans la création d’une histoire, mais de jeux plus collaboratifs peuvent intéresser des publics particuliers. Au niveau thème, si vous recherchez le parfum de l’aventure et la fantasy, je vous conseille le comité pour l’exploration des mystères et Blood Red Sand.

 

  • Je suis un joueur de jeu de plateau et j’apprécie les jeux de communication et d’expression. J4aime aussi les jeux thématiques, la SF, la fantasy. Mais le JDR est trop lourd pour moi : des jeux comme Mnémosyne me semblent parfaits. Probablement le comité pour l’exploration des mystères. Si vous êtes un joueur un peu plus gros, Capes ou Blood Red Sand

 

Les ancêtres

Ce sont ceux que les rolistes connaissent et citent souvent. S’ils ont le mérite d’avoir été des expérimentateurs louables, ils ont tâtonné de façon empirique et n’ont pas vraiment été précurseurs car n’ont pas engendrés de descendance.

 

  • Game master emulator (D?/A4): un émulateur de MJ, sorte d’IA de papier. En réalité, contrairement aux LDVHLH est consorts, cela implique une bonne part d’interprétation de la part des joueurs. Ce qui revient à faire reposer l’issue sur le groupe de joueurs.

 

  • Narrative cage match (A1/B1): un système intéressant, car entièrement compétitif et donc « solide », basé sur le principe du « Carabistouille » (des mots secrets a placer dans ses phrases sans que les autres joueurs ne les devienne). Une sorte de « jeu de plateau party game moderne », thématisé et développé jusqu’à l’extrême. J’en ai traduit un récemment, que je partagerai bientôt dans la Caravelle…

 

  • Baron de Munchausen (A4/B4): un peu sur le même principe du NCM, mais bizarrement le jeu ne vas pas jusqu’au bout. Du coup il reste un peu au milieu du gué, compétitif sans l’être, sans vraiment être collaboratif. Le livre des règles est un long, sachant que les règles tiennent sur une demi page (plus les phrases d’accroche).

 

  • Il était une fois…: (C1/A3): célèbre jeu de cartes au succès inoxydable, qu’il doit a sa beauté, sa simplicité et d’être un des rares a proposer ce type d’expérience au grand public. Malheureusement, le jeu est construit sur un malentendu et une contradiction. Le système incitant (seulement) à « se débarrasser de ces cartes », il est souvent nécessaire d’invoquer une « bonne volonté » (ie: gagner, c’est mal). pour contrecarrer la tendance normale des joueurs….a jouer sans se préoccuper du sens de l’histoire.

aff-com_03

Les (nouveaux) classiques absolus en VF

Ils ont pour la plupart été élaboré entre 2005 et 2010, au moment ou, autour du forum « The forge », se développe une approche plus théorique qu’empirique, et ou, sur cette base, différents systèmes sont développés.

  • Polaris (Ben Lehman / 500NDG): le jeu qui développe « réparti » la responsabilité du MJ et développe l’usage des phrases rituelles. Et ca fini mal.
  • Fiasco (Harper / Edge): un des rares, sinon le seul publié par un grand éditeur.
  • Capes (La Caravelle) : un des mes préférés pour son coté totalement « jeu de plateau » compétitif et plein de matériel pour guider sa création. Son auteur est informaticien, et ça se voit. Complexe sans être compliqué (donc très simple une fois compris), totalement complet, brillant. Tourne autour du thème des super-héros, mais est adaptable a n’importe quelle situation ou s’affrontent deux groupes.
  • Mnemosyne (Evil Hat / 500NDG): Vous avez perdu la mémoire…un jeu simple est brillant, autour d’un processus de création à la fois collaborative mais tres structuré et guidé. Sorte de « gros » jeu d’expression assez exceptionnel en son genre.
  • Blood Red Sand (à paraître été 2017, La caravelle): ah, Blood Red Sand. C’est la démonstration qu’un jeu sans MJ n’est pas synonyme de « jeu d’intello ». Parce qu’ici, on est dans le jeu compétitif, et le livre des règles vous dit même de vous lever pour taper sur la table. C’est que, môssieur, on y joue des barbares couverts du sang de leurs ennemis dans un monde sauvage, ou « il ne peut n’en rester qu’un » (au moins dans l’épopée). BRS c’est (potentiellement) un gros jeu à la FFG, grosse boite pleine de figurines de fiches effaçables, des dés (il en faut beaucoup, et de tous les types).  Potentiellement, car actuellement, c’est un « livre des règles », et il faudra imprimer les supports de jeux. Mais l’auteur est d’accord avec moi, ce jeu ne peut s’épanouir sans le matériel qui va avec. Ça serait comme jouer aux Colons de Catane avec du papier et des crayons. Prévu dans la Caravelle pour l’été 2017.

Les autres

Je ne vais pas tous les commenter…je me contente de mettre entre parenthèse l’éditeur lorsqu’il existe une vf, et le type.

  • Un train d’enfer (500NDG / gratuit) : Compétitif, mais faisant aussi intervenir l’adresse des joueurs, façon Dread.
  • Le comité pour l’exploration des mystères (500NDG): des aventuriers de retour de leur expédition se mettent à table. inspiré notamment de Polaris, mais sur un mode plus compétitif.
  • Les 1001 nuits (500NDG) : un système à MJ tournant….
  • Universalis: un système qui prétend pouvoir émuler toutes les fictions. BRS est sont héritier.
  • Agon (A1/B1 Lbah): Un jeu sur le thème de l’antiquité grecque à la Ulysse et autres Jaspon ou le MJ est l’opposant
  • Law’s out (La Caravelle/ gratuit) : Western spaghetti ou vous réglez vos conflits à base d’enchères.
  • The quiet Year (A3/B5/ 500NDG/ gratuit)  : le temps passe et vous reconstruisez votre monde. Fait intervenir le dessin de la carte du monde en question
  • Achipelago (A3/B2 ?/ 500NDG/gratuit): jeu simple qui connaîtra une application étendue dans le « système apocalypse » : le « non » est évité au profit de réponses (sur des cartes) par des « Non, mais… » oui, et… ».
  • Dirty secrets (Lbah): un des premiers publiés. Ou le coupable est « créé » petit à petit par l’enquête.
  • Microscope: création coopérative et fractale d’une timeline historique imaginaire.
  • Breaking the ice (A2 / Lbah): pour tomber amoureux. Un jeux à deux !
  • Zombie cinema (A2/B4/ gratuit): un petit jeu de zombies compétitif assez bien fait
  • Annalise (A3/B1/Lbah): je sèche…
  • Kingdom: jeux de pouvoirs dans un petit groupe de personnages.
  • Durance: de l’auteur de Fiasco, mais sur une planète colonisée…qui tourne au fiasco
  • Remembrer Tomorrow (A2/B1?  Lbah): un jeu « cyberpunk » à base de templates.
  • Dessine moi un Donjon (D / 500NDG/ démo gratuite): dessiner étape par étape l’histoire de votre Donjon, en suivant le manuel
  • Ribbon drive (A3 / La caravelle / gratuit): mettez une playlist, et créez une histoire à partir d’elle, façon road movie dans votre voiture.
  • Joyeux anniversaire Robot (500NDG / gratuit) : un jeu pour enfant ou l’on assemble des mots.
  • Questlandia : worldbuilding fantasy
  • Hope inhumanity: sauvez le monde….
  • Geiger Counter: un jeu de survival horreur créé collectivement par les joueurs.

 

 

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.