J-4 Campagne Apocalypse, cadeau n°5 : Saga of the Icelanders redux !

saga-of-the-icelanders-cover

 

Parlons peu, mais parlons bien. Dans 4 jours (ce vendredi 14) commence l’apocalypse – la grosse campagne de JDR « propulsés » à l’apocalypse. Pour fêter ça, vous trouverez jusqu’à cette date quelques cadeaux. Voici le second, un jeu de rôle traduit sur la caravelle en janvier : Saga of the Icelanders, version Redux !

Le projet est conduit par Kalysto, qui a également choisi l’illustrateur, Kevin Nichols. Mon point de vu à moi, c’est que ce jeu, l’un des premiers (sinon le premier) jeu propulsé à l’apocalypse à base historique est aussi intéressant pour ce qu’il permet de résoudre. Oui, souvenez vous de vos parties dans l’univers de la France des Mousquetaires, du japon des Bushidos ou du haut moyen-age d‘Avant Charlemagne . Pas facile de balancer des joueurs, qui ne sont pas plus versés que ça en histoire, dans une époque et d’attendre qu’ils agissent de façon crédible, nous somme d’accord.  Or le « système » apocalypse, qui intègre le background utile dans les actions et dans les personnages même -et dans le système  –  offre de toutes nouvelles perspectives dans ce cadre. Entre autres exemple, dans ce jeu, hommes et femmes n’ont pas les mêmes actions, ce qui reflète leur place dans le lieu et l’époque sans réduire le genre à une caricature, une case cochée sur une fiche ou une posture. Enfin, le jeu se revendique également des séries télés, ou le thème des vikings à été pas mal traité dernièrement.

Voici le Pitch

Sagas vous invite à vous mettre dans la peau de colons islandais du IXème siècle. N’imaginez pas tout de suite des vikings pillards, mais plutôt de simples gens venus s’établir sur une terre pauvre avec la promesse de liberté. Plus de chef, plus de roi, pas encore de prêtres chrétiens pour dicter la conduite : la vie en communauté en devient principalement régie par l’honneur, et une famille sans honneur n’a plus sa place dans la société. Le jeu reconnait aussi mécaniquement la différence entre les genres dans les Sagas islandaises dont il s’inspire directement : l’homme est un acteur de premier plan, contraint par un code d’honneur informel et des impératifs de virilité mais la femme est celle qui le pousse à l’action par ses conseils, ses menaces ou ses charmes. Dès lors, la vie du quotidien devient une lutte constante entre les besoins pratiques, les aspirations honorables, les désirs inaccessibles, les liens familiaux, les obligations de vengeance et le destin tissé par les Nornes. En résumé, un condensé de ce qui nous fait suivre les séries télévisées modernes, et des problématiques de normes et de genres qui sont toujours d’actualité.

Il est la : Saga of the Icelanders, redux

La version complète et luxueusement illustrée  sera proposée dans la campagne sur les premiers paliers…a vous de jouer bientôt.

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.