Un post-magazine avec un jeu narratif/indé par mois en VF pour la rentrée ?

 

Le crowfunding est mort, vive le crowfunding

Faisons nous mousser un peu : en 2011, avec Lacuna, Narrativiste etait parmi les 1er à utiliser le Crowfunding pour financer un jeu, pour un montant de 1600 euros recueillis et un tirage de 300 exemplaires. Aujourd’hui, nombre de projets portés par des éditeurs professionnels se chiffrent à plusieurs centaines de milliers d’euros. Le crowfunding est victime de son succès, non pas tant (pour l’instant) que les joueurs s’en détournent (bien au contraire), mais plutôt qu’il est en voie de se convertir en un simple canal de vente jouant sur le buzz pour les porteurs de projets, et simultanément, il tend a être considéré comme un simple achat par une majorité de souscripteurs. Face à des projets réellement adossés à des licences ou des produits « volumineux », les jeux narratifs/indé font pale figure en terme de produit « au kilo ».

Pour autant si ce crowfunding ne semble plus adapté, le principe reste une chance pour les OLNI que nous aimons, d’autant plus que le rythme de sorties est bien supérieur à ce que nous pouvons actuellement traduire.

Du magazine au flux, de Ulule à Patreon

Ulule sera encore utile pour certains projets, mais il est donc temps de passer à autre chose: la création d’un flux, sorte de post-magazine consacré aux jeux narratifs/indé. « Magazine » car il aura une périodicité mensuelle ou trimestrielle, disponible en abonnement, via Patreon. En fait d’abonnement, ce sera une sorte de patronage, avec des « contreparties » mais non matérielles (mise en avant du patron, augmentation de son poids dans la ligne éditoriale, etc…). « Post » car ce flux sera alimenté par un ensemble de contributeurs, traducteurs, créateurs, illustrateurs, mis en avant individuellement (sous leur propre « studio » s’ils le souhaitent, mais tous regroupés dans le même « groupe ». « Post » aussi car les relations seront plus horizontales et poreuses que celles fondant un magazine : on peut être des deux cotés, contributeurs ou patron, à la fois ou alternativement et la programmation dépendra de l’état d’avancement des projets, au rythme de chacun.

De fait, 500 NDG ne fera qu’assurer la coordination en amont et une partie de la ligne éditoriale, l’autre partie étant décidé à la fois par l’avancement individuel et par les patrons.

Ce système ne devrait pas seulement permettre de traduire beaucoup plus de jeux qui le seraient difficilement par les moyens traditionnels, mais aussi d ‘apporter plus de souplesse d’organisation et une meilleures (bien que toutes relative) rémunération des intervenants (et/ou embellissement des projets), les sommes collectées revenant intégralement aux ayants droits et contributeurs.

Au menu de la rentrée, pour commencer ?

Les jeux proposés seront en pdf/epub et impression à la demande. Dans la mesure du possible, les licences seront ouvertes. Les souscriptions moyennes seront de l’ordre de 5 €/projet aboutis ou mois/trimestre, avec un seuil de base de 500 € pour le déblocage des premiers projets. Selon leur taille (et les contributeurs à charge), ils seront probablement « découpés » (règles, exemples, aides de jeux, etc..), et dans le cas des jeux de cartes traduction brute et mise en maquette pourront être dissociées. De même, certains projets porteront sur la mise en forme ( maquette, illustrations) de texte existants ou traduits.

Quelques jeux qui pourraient être inclus :

– Des jeux plus ou moins gros, innovants : Capes (démo) , Blood Red Sand (ouverte), Sword Without Master…

– Des jeux de cartes : Juggernauts, Durance, Hope inhumanity, Carolina Earth Crawl, Chronicles of the skin, etc…

– Des jeux plus légers, sous leur forme originelle et/ou « cartisés », en particulier ceux de Jason Morningstar (en particulier ses hacks de AW) et John Harper, mais aussi d’auteur moins (ou pas) connu dans le milieu

Le post-magazine devrait commencer à la rentrée, le temps notamment de recueillir vos  propositions de traduction/illustrations/autres, de poser un cadre standard précis et de négocier cela avec les auteurs respectifs. Et puis de trouver un nom à ce post-magazine.

Le titre de l’article porte un point d’interrogation car tout cela n’existera que par et pour les joueurs. A vous la parole donc.

 

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

  1 comment for “Un post-magazine avec un jeu narratif/indé par mois en VF pour la rentrée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.