Le programme de 2020: Chtulhu Fate, D&D 1983, BioFunk, Hodgson etc…

bandeau4

 

Voici, grosso modo, ce que nous allons essayer de mettre en orbite cette année avec votre soutien. Notre nouveau logo/tagline résume assez l’éclectisme explorateur de la ligne éditoriale. En vous souhaitant une année 2020 plaine de fascination et d’émerveillements !

 

Les grosses campagnes:

Cthulhu sauce Fate et retour au D&D des origines

En principes, elles seront au nombre de deux. L’une au printemps, pour la VF des livres de OSE, qui n’est rien de moins que la version « ouverte » DU Donjon et Dragons, celui du début des années 80, le « B/X ». En fait, la campagne sera siamoise, car il y en aura une pour les livres, tels que dans la VO, et une autre, séparée, pour une version en boite, Dungeon of Doom (DoD). Ce bel objet, à la fois mise en forme moderne du jeu (tuiles effaçables, jetons, figurines, etc…) et hommage à l’esthétique « Pen and paper » (tout en noir et blanc, figurines en carte en silhouettes), vise à permettre a tous, platistes ou rolistes, de plonger dans l’expérience originelle, celle d’ou dérive une bonne part de la culture geeko-ludique, mais avec tout le confort d’aujourd’hui. C’est Eric Nieudan qui pilote tout ça. A « labor of love ».

L’automne sera le moment de la seconde campagne « Horreur Cosmique ». En tête de gondole pont roliste, Fate of Cthulhu, sorte de mélange de Terminator et de grands anciens mâtines de 12 singes, ou des humains rescapés de l’apocalypse innommable retournent vers le passé, enfin le présent. Vous m’avez compris. Ce sera aussi l’occasion de vous proposer, coté littérature, les versions publiques des ouvrages de la collection « Horreur Cosmique », patiemment traduit avec amour pour ExoGlyphes. Pour rappel, cette collection vise à recomposer le genre ébauché par le « reclus » de Providence à travers les œuvres et les auteurs qu’il portait tres haut ou qui l’ont inspiré directement. On y trouve des fondateurs absolus de l’imaginaire moderne, comme M.R. James et l’intégrale de ses « histoires de fantômes », l’intégrale des nouvelles de Abraham Merritt, dont le fascinant « Les être de l’abîme ». Y seront également proposés la suite du cycle de la Laverie de Charles Stross.

 

 

Coté fiction: résurrection de deux (sous) genres, Horreur Cosmique précieuse et GénoFunk

Coté littérature, puisqu’on en parle, je suis particulièrement fier de vous présenter le programme d’ExoGlyphes. Apres avoir terminé le Réshus Chart de Stross en mars, le mois d’avril et l’été seront consacrés au quatrième ouvrage de la collection Horreur Cosmique : Eveillé dans le pays de la nuit ». Ce recueil vous permettra non seulement de (re) découvrir un autre monstre de l’imaginaire cosmique, Hope. Hodgson, mais aussi de prolonger son oeuvre. Le recueil présentera en effet « Le rêve de X« , une version condensé de son propre roman, Le pays de la nuit, prolongé de nouvelles de Wright écrites dans le même univers et esprit. Ensemble, elle desserrerons rien de moins que le destin tragique de l’humanité, cernée au cours des Éons par des créatures innommables. Une oeuvre et un univers hors normes toujours vivant, que ce recueil permet de re-explorer de bout en bout.

L’automne sera le moment du premier ouvrage de la collection « Cyberpunk’s not dead » avec la traduction de Ribofunk de Paul Di fillipo, recueil de nouvelles qui est à l’ADN et à la biologie synthétique ce que Neuromancien était aux réseaux. Comme l’indique le nom de la collection, l’ouvrage montrera que le « moteur » du cyberpunk, loin de se réduire aux « chromes et néons », est d’abord une façon de réfléchir à l’impact des technologies sur la (notre) société, ce qui n’a rien, bien au contraire, perdu de sa pertinence, comme vous le constaterez. 

 

La Caravelle, et au delà.

 

Comme chaque année depuis  5 ans, la Caravelle va vous proposer d’explorer les frontières du monde ludique, à dominante « narrative », avec du JDR (Alone in the Dark pour Blades in the Dark), des jeux narratifs (Mysthea), du jeu de plateau (Warrzle, un wargame à base de puzzle, création originale inspirée d’un classique oublié).

On s’occupera aussi cette année de retravailler des jeux déjà traduits, mais qui mériteraient d’être plus connus, entre autres chose avec la version retravaillée façon « Plateau » du Comité pour l’exploration des mystères et une version « outillée pour le MJ » de Dread, le jeu d’horreur avec un jenga. Dans la même idée, On essaiera de commencer à proposer des versions « Print on Demand » de certains jeux déjà publiés, qui devront pour cela être corrigés ou maquettés. C’est Jarod, le traducteur de Masques, qui s’en charge.

Coté organisation, cette année devrait voir les membres de la caravelle encore plus intégrés, avec je l’espère (il nous faut trouver une solution technique) un accès à tous les projets « en cours » directement dans la plateforme de gestion, freedcamp. Cela permettra de suivre les projets en détails, et éventuellement d’intervenir. De toute façons, une fois libérés, tous les projets seront passés en version publique, ce qui permettra de mieux les retrouver et de fournir des outils à la communauté pour poursuivre leur développement dans le temps.

Enfin, une chaîne youtube consacré à la fois à la fiction produite sur ExoGlyphes, mais aussi aux jeux de la Caravelle, démarrera en février. Elle ne proposera un minimum de blabla, mais surtout du contenu, essentiellement des nouvelles ou des scènes de romans inédits, mise en perspective et lues par une voix off, ainsi que des « videorègles »…

 

 

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.