« No country for the old Kobolds » redux libéré : un avant gout de la campagne Tschai – DW de septembre

 

Que vous soyez membre de la caravelle ou pas, nous avons décidé de libérer la version « redux » de cette « extension » pour Dungeon World. D’habitude, nous libérons aussi les ouvrages de La caravelle, mais pas avant 3 à 6 mois. Voici donc ce qui arrive à la rentrée. : des suppléments pour Dungeon World, en commençant par une création originale, Tschai !

 

Un numéro Caravelle chargé en Dungeon World…

No Country for Old Kobold est un « supplément » pour Dungeon World, qui, comme son nom l’indique un peu, vous permet de jouer un village de Kobolds essayant de se protégér contre les périls extérieurs, les aventuriers humains n’étant pas des moindres.

Supplément est entre guillemets car le jeu est « stand alone » : pas besoin d’avoir Dungeon World. Ca tient à la nature des jeux « Propulsés par l’apocalypse » : chaque fiction doit redefinir ses principes. Le jeu est donc un « hack » de Dungeon World, qui reprend ses principes mais explore d’autres directions.

Le voici : http://www.mediafire.com/file/4uyywep7mxeike2/NOPLACEFOROLDKOBOLDS_FR-004.pdf

Vous trouverez également dans ce numéro de la Caravelle (si vous n’êtes pas arrivés trop tard), World Of Dungeons, traduit et maquetté par Gregory Pogorzelski. Il s’agit d’un « hack » de Dungeon World par J. Harper, paru lors de la campagne VO. Le concept : faire « comme si » Dungeon World était l’héritier d’un jeu paru au début des années 70. Harper remonte donc le temps et imagine a quoi il aurait ressemblé. Grégory s’est amusé à la maquetter. C’est court mais très inspirant, et des hacks plus extensifs existent déja. On re-entendra parler de lui un jour. On attend l’autorisation de Harper pour le libérer. Il vous faut donc pour l’instant intégrer la Caravelle pour y accéder.

Enfin, vous trouvez un jeu de cartes primé au boardgamegeeek dans la catégorie Gratuit : the thing. Oui, directement tiré du film de Carpenter.

 

…avant gout de la grosse campagne de fin septembre

No Country for old Kobolds est donc proposé ici dans sa version rédux: jouable mais ne comprenant pas certaines parties, comme les règles de campagne. La version papier, complète et illustrée, sera proposée en 3ème palier de la Grosse Campagne Dungeon World de fin septembre 2017. Comme pour la campagne apocalypse, les membres de la Caravelle qui ont mis 3 euros pour le financer en seront pour leur bourse, puisqu’ils auront accès à la version pdf complète gratuitement, si elle est financée.

il était temps en effet de s’occuper du suivi de Dungeon World. Acritarche a porté la flamme depuis la sortie avec la Reine des cendres en s’occupant des supplément de Jason Lutes. On vient en renfort pour régler leur compte aux suppléments de contexte les plus attendus…et apporter notre petite pierre créative avec un jeu.

L’objectif de base de la campagne sera donc construit autour de la Science Fantasy: ce n’est rien de moins qu’un supplément Tschai qui sera proposé,  permettant aux joueurs de parcours la « planète d’aventure » de Jack Vance. Khelren est aux commandes du supplément, qui proposera livret de personnage spécial, fronts et moyens de créer vos aventures en remplissant les blancs sur la carte. Mnémos proposera en même temps, en avant première, son encyclopédie de Tschai conçue en parallèle, ou vous pourrez puiser encore plus d’inspirations.

Tschai pour Dungeon World sera entièrement en couleur, basé sur des illustrations de Caza et de la BD dessinée par Li-an !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette flamboyant tétralogie, archétype du planet opéra, je comprend que ce soit un peu honteux, mais on est là pour y remédier. Voici quelques critiques pour vous introduire dans le pourquoi il faut vous presser…

 

ActuAF :

Le Cycle de Tschaï est l’ une des rares œuvres de Jack Vance qui tente d’apporter une réflexion sur la condition humaine. Attention, ce n’est pas du Silverberg, les démons qui le hantent, Vance est plutôt du genre à leur botter le cul. Son truc c’est l’action, le picaresque, la démonstration par l’exemple. Et lorsqu’un héros vancien se hasarde sur les routes sableuses de la métaphysique, c’est vraiment qu’il n’a rien de mieux à faire ou qu’il va mourir. Quoiqu’il en soit Le Cycle de Tschaï est une réussite. Un petit bijou d’imaginaire, enchassé dans la monture d’une histoire simplissime. Un secret d’orfèvre pour en faire ressortir l’éclat

Noosphere :

Enfin et surtout, Tschaï représente de bien des manières le sommet de l’art de Vance — un fabuleux parcours d’exo-ethnologie : des descriptions fondues dans l’action, ciselées à l’extrême, de sociétés étranges qui sont autant une invitation au voyage dans l’imaginaire qu’aux confins de notre propre monde, riche de cette multitude de cultures, de mœurs, de rêves… d’antagonismes et de haines.

Nebalia:

Adam Reith n’a qu’une seule chose pour lui : son ignorance de Tschaï et de ses coutumes lui confère de l’audace, et il triomphe souvent de ses ennemis, non parce qu’il est plus fort ou plus rusé qu’eux, mais parce qu’il pense à faire des choses impensables pour eux (« parce que ça ne se fait pas, tout le monde le sait ! »), ce qui, on en conviendra, ne manque ni de sens ni d’intérêt Mais Adam Reith n’est de toute façon qu’un prétexte. Le cycle de Tschaï est un guide de voyage, empruntant aux plus savoureux récits de voyages philosophiques et autres « lettres édifiantes » sur les sociétés lointaines. L’imagination sans limites de Vance est une garantie de dépaysement, et « Tschaï » est sans doute une de ses plus belles réussites. Un type-idéal du divertissement de qualité, un modèle de rigueur dans la création d’univers, et, autant le dire, un incontournable duplanet opera, de « l’ethno-SF », et au-delà de la science-fiction en général.

Bref. Vous trouverez facilement les tomes en epub, d’occasion ou neufs avec le réédition….

Cet objectif de base déja bien copieux sera complété par un second livre pour faire de la Science Fantasy sur mesure, traduction de Adventure on a Dungeon Planet (Science Fantasy en français). Et nous invitons à nouveau deux des artistes clefs de DW V2 pour l’illustrer : Nate Marcel pour la couverture et Czakow pour l’intérieur.

Hormis quelques goodies de chez Mnémos (notamment la carte de Tschai), nous nous concentrerons comme nous le faisons maintenant sur les jeux et rien que cela. Chaque palier, à peu près de 3000 euros, proposera donc un supplément DW, soit 7-8 au total. Le premier palier est connu, puisqu’il s’agit de Kobolds. Les autres ne seront révélés et proposés qu’au fur et à mesure du franchissement….pas la peine d’insister, je ne dirai rien !

 

Note : je vous renvoie au dernier article sur les changements à venir dans 500NDG. Le lien tissé avec la littérature de SF/fantasy et le rapprochement avec les éditeurs mis en oeuvre ici s’inscrit dans cette évolution, en parallèle avec ce que nous traduisons déjà dans ExoGlyphes.

 

Crédit images : Philippe Caza

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

  3 comments for “« No country for the old Kobolds » redux libéré : un avant gout de la campagne Tschai – DW de septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.