Un train d’enfer: Fast, fun, Furious

Un jeu narratif compétitif à base d’hyperviolence, ou l’adresse sera votre meilleur ami. L’époque ? Demain. À moins que ce ne soit déjà maintenant. Ou un passé qui a mal tourné. Mais pas le temps de se la jouer philosophe. Le pilote de l’hélico, sous son casque de fourmi hi-tech, vous fait signe à vous et aux 4 autres candidats. Le caméraman à côté de lui a juché son machin sur l’épaule. En bas, l’obscurité est tapissée d’étoiles. Des milliers, des millions des gens qui finissent leur JT devant le dessert. 20h29. Deux autres hélicos se positionnent un peu un plus loin, statiques, prêts à filmer. Il paraît qu’il y a même des drones au sol. Bon. Quand faut y aller..


Le cadre, et au dela

Dans Un train d’enfer (Hell for leather), vous incarnez les candidats d’un Jeu télévisé cruel: traqués par les Chasseurs de la Chaîne FT6 à travers le monde, vous devez atteindre votre destination pour décrocher l’hypercagnotte, celle qui vous permettrait de réaliser vos rêves les plus fous…

Ce cadre de jeu est celui de base, prétexte à l’humour le plus noir et une pincée de satire sociale (à votre goût). Mais Un Train d’Enfer peut prendre place dans n’importe quel « cadre » fictif ou historique, dans lequel un groupe, ennemi d’un autre, essaie d’atteindre un objectif. Vous pouvez aussi bien être une bande de huguenots prêts à défendre leur vie, des résistants exaltés décidés à assassiner Hitler ou des esclaves de la Rome antique conduits par Spartacus….du moment que ce soit fun, grinçant, et que ça ait toutes les chances de mal se terminer…

[widgets_on_pages id=9]

Comment ça marche ?

httpv://www.youtube.com/watch?v=CHj-lFG8cLA

Chacun de vous incarne un personnage lié par une « connexion » aux autres, et des rancoeurs mutuelles. Une grille de base défini qui est notre Adversaire et les « Points de contrôle » à atteindre.

On prend son tour comme dans un jeu de plateau, pour raconter ce qui se passe et créer des « Menaces » sur le parcours. Lorsque quelqu’un joueur décide d’en confronter un autre à cette menace, le Défi commence: le sort du joueur va dépendre de son adresse. Il devra, en lançant un ou plusieurs dés, atteindre la cible sans faire tomber la colonne de dés en son centre….et cette colonne, appellée « feu », monter de plus en plus haut au fur et à mesure que le jeu progresse. Bien sûr, des choix tactiques se présentent au joueur : utiliser son talent, prendre un risque, ou faire appel à la violence…

L’histoire progresse ainsi, de défi en défi, vers les « points de contrôle » définis avant le jeu, et débouche sur la conclusion: soit un « deathmatch », qui verra s’affronter les joueurs dans un combat à mort. Soit un « final » ou, tous ensemble, ils se retournent contre leur oppresseur.

En bref

En résumé, un jeu:

– Sans MJ: Il n’y a pas de « meneur de jeu », même si chacun a son tour initie une scène. Les règles régulent sans ambiguïté qui fait quoi et quand.

– Compétitif: les personnages forment une équipe, mais les joueurs se tirent dans les pattes. A la fin, les joueurs ont le choix entre un deathmatch…ou un final dans lequel ils s’unissent.

– Qui fait appel a l’adresse: les actions se résolvent grâce a votre adresse. Atteignez la cible sans faire tomber la colonne de dés au centre du plateau

 Facile d’accès: les règles ont été retravaillées pour ne pas avoir à être lues avant de jouer. Lisez et appliquez le résultat. De plus, une version audio des règles est inclue dans le livre, accessible via QR-code !

– Skinnable: vous pouvez changer d’univers. Des règles sont inclues pour créer ensemble, en début de partie, votre propre univers/scénario

En téléchargement :

La fiche d’équipe vierge / préremplie

– La fiche de parcours vierge / préremplie

La cible (version A3 envoyée gratuitement pour tout achat d’un exemplaire en ligne, jusqu’à épuisement)

Le recueil de cadres: libéré depuis le 1er janvier 2015  et en téléchargement gratuit ici

Le pdf du jeu intégral est libéré et en téléchargement gratuit depuis le 4 janvier 2015. Merci à Yragael, le traducteurs/adaptateur au long cours, et à l’auteur S. Hickey.

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.