On a dépassé les 50 références….

biblio

Tout est dans le titre. En rentrant les codes ISBN, je me rend compte qu’on vient de dépasser les 50 références physiques disponibles (ou financées) au catalogue de 500NDG.

Une production très importante…mais dans l’ombre

Les jeux disponibles en pdf seulement et gratuits (via La caravelle) représentent à eux seuls une quarantaine de références de plus, soit prés de 90 références au total. Quand même.

Le rythme s’est accéléré depuis 2011 et l’essentiel a été publié depuis 2015.

Sur ces quelques 85 jeux (5 autres références, déjà, étant des romans) 8 sont répertoriés au GROG.

On y retrouve Fate et Dungeon World, mais aussi, bizarrement,  Polaris et Capes, jeux sans MJ assez éloignés du JDR, et une autre production de la Caravelle, Cartel, ainsi que trois autres pbta publiés dernièrement (sur 7 parus).

Cinq autres jeux sont référencés au nom de Narrativiste, ce qui porte le total a 13 jeux référencés au GROG sur les 50 (ou 13 sur 85 en comptant la Caravelle).

La faute m’en revient pour l’essentiel de m’être trop focalisé sur la production des jeux, et pas assez sur la communication. C’est d’ailleurs un peu le même problème dans les magazines. Sur ces 90  références, comptez une bonne vingtaine de jeux « apocalypse », dont seul Dungeon World a été chroniqué, à ma connaissance, il y a quelques années. Mais il faut dire que la sortie des sept jeux papier est récente.

Je vais tâcher de corriger le tir dans les prochains mois (et sans tenter de me cloner). D’ici là, si vous êtes une plume médiatique, n’hésitez pas à me contacter pour des SP, interview, etc…

 

L’ère de la boulimie se termine ?

Il y avait énormément à défricher en termes de « nouvelle génération du jeu de rôle ».

Et on accusait un retard de plus en plus béant entre le nombre de productions « apocalypse » aux USA – dont les concepts nouveaux stimulent la création comme ce n’était pas arrivé depuis longtemps –  et leur diffusion en France.

La caravelle a permis de combler ce retard et de contribuer à diffuser, via le gratuit, les jeux pbta en France. Elle a aussi permis de traduire les derniers « incontournables » du jeu narratif, comme Sword Without Master et ses émules. Les campagnes ulule Fate et Apocalypse, centrées sur des systèmes, ont pris le relais en proposant des version papiers pour le public au dela de la Caravelle.

La campagne « Laverie » était déjà très recentrée sur un thème. La prochaine campagne de financement cet été sera uniquement concentrée sur un seul univers, celui de Berlin XVIII. La ligne éditoriale reste marquée par l’ouverture aux littératures de l’imaginaire (et la déclinaison des univers en JDR /Romans/Beau livre univers),  mais l’ère du « rattrapage » est, sauf exception, bien terminée. Mission accomplie.

 

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.