Fate vous aime ! (ou pourquoi j’ai dérapé et comment je m’excuse)

Gagarin et ses filles

Gagarin et ses filles. Ça fait du bien de revenir sur terre quand même

 

La grosse campagne Fate est dans sa dernière ligne droite. Plus que 3500 euros pour atteindre Atomic Robo ! Les fins de campagnes étant traditionnellement marquées par le rush des indécis, on va replacer, ces derniers jours Fate dans son contexte, pour comprendre son importance, en commençant par nuancer mon dernier article dont la forme péchait par maladresse et un dose d’orgueil trop importante pour être digeste.

 

Et donc, j’ai dérapé dans mon article de hier. Je m’excuse si des joueurs se sont sentis blessés, ce n’était pas, mais pas du tout mon intention. Je ferai (plus) attention désormais à ce que tout ce que je dis soit bien explicite. Ceux qui suivent 500NDG connaissent le long et patient travail effectué au service de notre passion commune…et me pardonneront plus facilement. Pour les autres donc voici une mise au point.

 

– Le propos était exagéré à dessein: pour avoir une chance d’être lu. Que l’on fasse de bonnes choses chez 500NDG ne signifie pas qu’il n’y en ait pas ailleurs dans le milieu. Le verre est un peu plus qu’à moitié vide. L’objet de l’article était de mettre en avant ce que 500NDG fait. Ça n’implique pas de dévaloriser le travail des autres, même si c’est ce que pouvait laisser penser maladroitement l’article. Au surcroît l’équipe (et la communauté) Fate a d’ailleurs chacun son avis sur la question. L’enjeu de l’article n’est pas « mon système est plus gros  meilleur que le tien », mais « Fate montre qu’aujourd’hui, il est plus difficile qu’avant d’attirer l’attention des joueurs français sur ce qui se passe aux USA »

– Mon propos ne visait certainement pas la création française que je soutiens, non seulement en tant qu’éditeur, dans la Caravelle, mais aussi en tant que pledgeur sur de nombreux projets. J’ai par exemple été l’un des premiers à soutenir Libreté. Et oui (je ne comptais pas le mettre en avant, mais…). Et pour cause, puisque, je le confesse, je crois encore davantage au système « apocalypse » qu’a Fate. D’ailleurs, je me pique de création « apo », que vous pouvez découvrir ici avec le projet « étranges éons » notamment. Toujours à propos de Libreté et du « pbta », je préparais justement hier (enfin, depuis plus longtemps), une mise en perspective Fate/Apo. On le fera au minimum sous la forme d’un article, déjà prévu.

– Je pense qu’un certain nombre de remarques factuelles de mon article sont solides et intéressantes, notamment le lien entre vieillissement des joueurs, vogue des remakes, etc.. mais dans mon esprit, ça ne jette pas l’anathème sur des jeux et des joueurs, encore moins  leurs éditeurs. Même s’ils se situent dans un paradigme « classique », beaucoup de ces univers restent des références et les faire vivre est déjà une bonne chose. S’ils contribuent aussi à faire vivre des éditeurs dans un marché réduit, tant mieux.

– D’ailleurs certains de ces éditeurs sont devenus des piliers du JDR et permettent de structurer le milieu, y compris pour 500NDG, en assurant la logistique et la distribution des petits éditeurs. Enfin, et c’est l’occasion de le dire, Sans Détour / Ludikbazar (mais aussi d’autres boutiques comme Philibert, et nos amis Lyonnais de Trollune)  supportent la campagne Fate, et pas qu’un peu ! Au passage, je salue Arkhane Asylum (l’éditeur de Vampire) qui soutien lui aussi Fate. C’est tout à son honneur.

– Enfin, le coté « j’ai tout compris » a pu irriter certains et je le regrette. Un peu d’humilité m’irait bien. Je/on a très probablement pas « tout » compris, mais depuis 6 ans, 500NDG a permis a pas mal de jeux « indé/narratifs/comme vous voulez » d’exister en français. Sans ça, probablement pas de Fate en français, ni de Dungeon World. Ni tous les autres. C’est parfois une tache un peu ingrate face à l’inertie du milieu (qui explique un peu mes dérapages, sans les excuser), mais tous vos emails d’encouragement (auxquels je me fais un plaisir de répondre) après chaque livraison de jeux sont une récompense suffisante- à défaut d’avoir financé un jacuzzi dans mon ranch.

Vraiment. C’est le truc qui me fait continuer.

En résumé:

Evidemment, Fate ne va pas à lui seul être le remède. C’était de la propagande de guerre éhontée. Mais la maladie existe. Et Fate aux USA a changé un peu la donne (même si pour moi, les jeux « apocalypse » y ont beaucoup plus réussi). Il mérite pour cela plus d’attention comme c’est aussi le cas pour toutes les innovations US « post-forgiennes » qui peinent malheureusement à rentrer sur les tables françaises.

Et concernant Fate, nous comptons bien innover un peu localement, en proposant une vision plus « libre » (littéralement:  en licence ouverte) de la façon de considérer l’héritage roliste francophone (ou pas). D’autres, à leur manière, en France, font aussi avancer le hobby, et certains le font tout aussi bien que nous, voire mieux par certains aspects.

Afin de rééquilibrer la balance, un prochain article leur sera donc consacré.

Si ça c’est pas de l’autocritique…en attendant, je reste ouvert à la contradiction, pour le bien de notre passion commune et pour ceux qui demeurent intéressés – et je sais qu’il y en a beaucoup- par les idées et le jeu plutôt que par l’indignation identitaire et l’invective.

 

 

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.