[MFZ background 6/?] Les portails de Transit

 

7570826048_e7e0f407b2_z

 

Suite du background du jeu a base de legos, Mobile Frame Zero. Cette semaine : comment se déplacer dans l’espace…

 

Portail de Transit

L’Autorité de Transit Terrienne (TTA) a (jusqu’à récemment) maintenu la cohésion de l’Union Solaire et de ses colonies grâce à son réseau de portails de transit. Il y en a maintenant des milliers tout au long de cette zone de la galaxie, la plupart encore sous contrôle du TTA. Flottant dans l’espace en orbite autour de la colonie, chaque nœud est une ville comprenant une centaine d’ingénieurs, leurs familles, et l’infrastructure dont ils ont besoin pour vivre. Au centre de cette ville trône une machine capable de former un pont Einstein-Rosen dans un autre point dans l’espace, pouvant envoyer instantanément des données à un autre portail.

 

Portails aller simple

Même s’il est théoriquement possible d’envoyer une charge à n’importe quel point de l’espace, c’est un processus extrêmement risqué, et coûteux. Le riche système Sol lui-même doit parvenir à un consensus sur les dépenses et le calendrier avant de commencer une telle expédition.

En raison de l’imprécision inhérente au transit à sens unique, une expédition doit faire le plein d’énergie et être équipée pour parer à l’éventualité d’un long voyage à travers l’espace à partir de l’endroit ou elle a échoué vers le système stellaire visé. Un nombre réduit, mais non négligeable de ces expéditions n’ont jamais donné signe de vie.

 

Transit à travers le Réseau

Inversement, il est très bon marché et peu risqué de transiter vers un portail de réception. Un portail de transit atteint le phare de l’autre portail à travers les plis de l’espace. L’émetteur peut alors communiquer avec le récepteur et réaliser le transit, une fois qu’ils se sont verrouillés l’un sur l’autre, rendant le transit incommensurablement plus précis.

Ce processus de verrouillage des portails peut prendre seulement quelques jours dans un espace dégagé et jusqu’à quelques semaines en contournant un trou noir ou tout autre phénomène hyperspatial majeur. Lorsque le verrouillage est effectué, le véhicule spatial en transit arrive avec à peu près la même formation que celle qu’il avait au départ, réalisant la liaison entre les deux portails durant le processus.

Les portails de transit agissent comme des phares hyperspatiaux simplement en vertu de leur existence. Quand un portail de transit tombe en panne, des semaines ou des mois peuvent être nécessaires pour rétablir à nouveau la connexion, le processus imprévisible étant tributaire de la « météo » hyperspatiale dans leur région. Lorsqu’il est déconnecté, un portail ne peut même pas communiquer d’une étoile à l’autre; il est complètement isolé de la communauté interstellaire. Pour cette raison, un portail de transit ne refusera pas un transit entrant dans la plupart des cas – bien que le contrôleur de trafic puisse le faire en cas d’urgence- isolant de toute communication l’ensemble de la colonie durant le processus.

 

Communication interstellaire

La communication par nœuds est relativement simple et peu coûteuse comparée au transit d’engins spatiaux parce que la quantité d’énergie nécessaire pour former un tunnel de transit est proportionnelle au carré de la masse des objets en cours de transfert. La plupart des portails de transit font payer peu cher pour envoyer un message, bien que le montant de la taxe et le degré de sécurité du message varient considérablement d’un portail à l’autre.

 

Organisation sociale et politique des Portails de Transit

Les Portails de transit contiennent des petites citées orbitales entières: bureaux locaux du TTA, serres filtrant et reconstituant l’air mieux que n’importe quelle machine, marché réalisant les échanges entre la colonie en dessous et le TTA, caserne de la compagnie locale de marines terriens, siège de l’UMFL, et bien sur les personnes qui vivent de ces emplois, leurs familles, et les équipements qui font de la ville leur foyer. La population des portails,  véritables villes portuaires avec tout ce que cela implique, va d’un millier à plusieurs dizaines de milliers de personnes.

La plupart des portails sont gérés comme des entreprises, l’assemblée des actionnaires faisant directement office d’exécutif, appliquant ses décisions sur place ou à distance, depuis leurs bureaux locaux ou en envoyant des messages. Les portails de transit détenus par les colonies libres peuvent être dirigées de manière variées : démocraties, coopératives, anarchies, méritocraties, ploutocraties, ou toute autre forme de gouvernement adopté par leurs habitants.

Les portails de transit ljad posent à leur culture un défi constant: beaucoup nécessitent une population supérieure à la plus importante des villes Ijad. Certains fonctionnent sur un modèle de « quartiers technocratiques », où les ingénieurs de transit ou environnementaux, les commerçants et les agriculteurs se connaissent tous bien et s’assurent d’être en relation avec une variété d’individus ayant des compétences distinctes afin qu’ils puissent se conseiller mutuellement sans briser le tabou. Même dans ces conditions, ces cités sont aux limites de ce que tolère leur culture.

 

Crédit photo : Locust SE Scout Mech de Micheal Steeves sur Flickr, inspiré de Battletech/mechwarrior (lui meme tres inspiré des mechas des Zentradis dans Macross).

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.