[MFZ background 2 / ?] une petite histoire de l’Union solaire et de son expansion jusqu’à aujourd’hui

Voici la suite du background de MFZ, le jeu de combats mechas avec des legos dedans. Au programme aujourd’hui, un bref panorama de l’histoire du futur jusqu’à l’époque du jeu, qui est l’occasion de poser le cadre général et les factions (le but étant quand même de s’affronter). Les férus de Science-fiction reconnaîtront pas mal de references indirectes, ainsi qu’un clin d’œil très explicite à une série graphique culte des années 70-80. Qui devinera le premier ?

La galaxie en l’an 245 du Calendrier solaire (CS)

SU_Seal

Le Drapeau de l’Union solaire, montrant Vénus, la Terre, Mars, et l’Accord de Jovien unis sur le fond vert Terrien pour dix mille années de prospérité.

Il y a 245 ans, les nations, firmes, planètes indépendantes, et satellites du système Sol signèrent la déclaration de l’Union, ouvrant officiellement l’ère de l’Union Solaire (SU). Après des siècles de guerre causées par l’épuisement des ressources, leurs législateurs, conseils, démocraties et collectifs se mirent finalement d’accord sur la création d’une organisation commerciale qui bénéficierait à tous

Pour commémorer l’aube de cet âge d’union et sa promesse de 10 000 années de prospérité, l’organisation établit le calendrier solaire (SC) pour unir tous les mondes, commençant à l’année 0.

Aucune exploitation minière abondante, récolte exceptionnelle, ou guerre victorieuse  ne rapporterait à aucune partie plus de ressources que le système Sol n’en possédait. Pour se procurer plus de matières premières et d’énergie, le système Sol avait besoin de ressources provenant de l’extérieur. Mais, même si les ingénieurs avaient conçu une méthode de voyage interstellaire (dérivant par hasard d’une méthode d’utilisation de l’énergie à dissipation de gravité) à travers des trous de ver de Lorentz, aucune nation ou firme n’avait les moyens économiques de passer de la théorie à la technologie pratique. Les puissances dominantes du système Sol réunirent leurs efforts dans le plus ambitieux projet jamais tenté: la fondation de l’Autorité Terrienne de Transit (TTA) et son réseau de portails de transit.Terran_Transit_Authority_Emblem

 

Invention du châssis de travail

En 0054 CS, la TTA commença à envoyer des petits groupes de colons sur des planètes que leurs études avaient jugées potentiellement productives. Le Voyage interstellaire était (et reste) coûteux, nécessitant une énergie proportionnelle au carré de la masse des objets envoyés. Pour minimiser les coûts, le TTA maintint le nombre de colons au minimum en les envoyant avec des «châssis de travail» – machines qui rendent possible pour un seul colon de faire le travail de six. En échange des frais de voyage et de l’équipement, les colons avaient convenu par contrat de rembourser l’Union solaire en expédiant en retour à l’Union Solaire des substances chimiques précieuses, des biotypes locaux, et en améliorant à l’occasion les châssis.

Ces machines forment désormais la base de la plupart des activités coloniales, utilisées par les agriculteurs, mineurs, fabricants, amateurs de sports mécaniques, aussi bien que par les forces de maintien de l’ordre

L’expansion de l’Union solaire. En SC 0100, l’Union solaire entrait dans une période d’expansion rapide, l’Autorité de Transit Terrien (TTA) autorisant l’ouverture de nouveau portails de transit permanent à travers la galaxie. Le système Sol lui-même en avait deux: l’un en orbite autour de la Terre, une autre orbite autour de Mars, et deux autres en cours de construction en orbite autour de Jupiter et Vénus. Ces quatre-là demeurant jusqu’à ce jour une pierre angulaire de la réussite de l’Union solaire.

Au fur et à mesure que les recherches du TTA à travers la galaxie étaient menées, ils améliorèrent leur méthode de recherche afin de trouver de plus en plus de planètes productives. Le prix des marchandises en provenance de ces planètes chuta avec la nouvelle abondance et les précédentes vagues de colons se retrouvèrent sur des colonies appauvries, sans aucun moyen de payer leur retour. Lorsque l’Union Solaire décida qu’elle n’avait plus aucune raison d’investir dans ces colonies, celle-ci se retrouvèrent abandonnées livrées à elles-mêmes.

 

Mars divisée

Ce qui exacerbe les mauvaises relations fut un désaccord croissant sur Mars. Divisée en deux États – la République du Nord, une escale commerciale Terrienne sur le chemin des satellites joviens, et Southport, une plus petite, mais riche nation soutenue directement par l’hydrogène Jovien – Mars était déchirée par des désaccords sur la terraformation de la planète. La République du Nord avait une population beaucoup plus importante, des intérêts liés à la Terre, et une basse altitude, et se trouvait donc directement menacée par le plan de terraformation. Elle s’y opposa avec l’approbation de ses amis terriens.

La population plus petite et plus riche de Southport, d’autre part, avait beaucoup à gagner d’une Mars indépendante avec son propre écosystème. Quand les armées de la République attaquèrent des postes de terraformation lancés par des orbiteurs joviens, ils se retrouvèrent en guerre avec les forces de la nature et ceux qui jouaient avec; une fois que le processus de terraformation avait commencé, ils n’avaient aucun moyen de l’arrêter.

La République du Nord fut submergée en SC 0175, ses deux grandes villes noyées sous des eaux glaciales. La grande partie de la population de la région devint errante, se déplaçant vers les déserts équatoriaux de plus en plus réduits dans des caravanes tandis que l’atmosphère de la planète s’épaississait. Ceux qui s’y refusaient se retrouvèrent à travailler au plus offrant

 

Celiel et le premier contact avec les Ljads

En SC 0198 l’Union Solaire se retrouva face à son premier défi majeur. Elle découvrit une planète appelée Celiel, riche en ressources biologiques et chimiques. L’allégresse des colons fut de courte durée quand ces riches ressources biologiques s’avérèrent inclure non seulement un parasite agressif, mais un parasite agressif et intelligent.

Les parasites, se faisant appeler « Ljad » (le mot Ijad pour «peuple»), vivaient sur un grand nombre de formes de vie locales, devenant des symbiotes à part entière quand ils trouvaient l’individu approprié. La vie morale et sociale des Ljads s’articulait autour d’une religion, dont l’un des principes centraux dont étaient que personne ne doit commander les actions de quelqu’un qu’il ne peut pas toucher. Au fil du temps, cela devint un tabou contre toute sorte de règles venues de l’extérieur, maintenant l’échelle des sociétés Ljads à l’échelle tribale.

Quand les humains, obéissant à des règles distantes de milliers d’années-lumière, arrivèrent et a commencèrent à envoyer de la nourriture et des matériaux Ljads (et dans une incompréhension mal reçue, des familles) à travers la galaxie, ils trouvèrent la situation offensive, immorale, et blasphématoire.

Au début, les humains étaient des hôtes peu attrayants. Ils agissaient de façon immorale, étaient maladroits ignorants, et dangereusement cupides.  Les Ljads commencèrent à résister à leur présence, sabotant leurs équipements et libérant le bétail des humains.

Mobile Frame Zero1_Page_032_Image_0001
Leoni Haski était un combattant libre de Enniot Ville avant de perdre patience suite à la destruction de sa ville par les fondamentalistes Ljads et les légionnaires de l’Union Solaire. Il se rapprocha de Nouri, le mécanicien de sa compagnie, mais s’inquiéta que sa ferveur révolutionnaire puisse un jour causer sa perte

Mais lorsque les prix chutèrent en 0212 SC après la découverte d’une colonie plus productive, la pauvreté commença à transformer la colonie. Beaucoup Ljads trouvèrent des humains de plus en plus disposés à les écouter. Plusieurs d’entre eux commencèrent à percevoir la sagesse du mode de vie Ljad, rejoignant leurs tribus et de devenant des citoyens de leurs villes. Certains rencontrèrent des Ljads et se lièrent avec eux, tandis que d’autres ne devinrent jamais assez proches des Ljads pour les rejoindre. Tous, cependant, selon les Ljads, étaient maintenant des gens; ils agissaient selon leur volonté et en conformité avec ceux de leur communauté et se comportaient ainsi selon les intentions de Dieu.

Lorsque l’une de ces tribus de colons et de Ljads essayèrent de vendre selon leurs propres termes à travers le portail local de transit, la police de transit local arriva, prête à la violence. L’acte de force fut contré par un acte de force, les colons luttant avec les châssis de travail avec lequel ils avaient apporté leurs produits et les matériaux sur le marché. Les colons et les Ljads perdirent cette bataille, souvent appelée le Massacre du marché, avec une douzaine de morts et vingt emprisonnés pour interrogatoire.

Cependant, quelques mois plus tard, les survivants avaient adapté les technologies de châssis de travail pour les Ljads de toutes les espèces en unités très mobiles capables de parer à toutes les éventualités.

Au moment où les Marines de l’Union solaire arrivèrent par la porte de transit, ils la découvrirent complètement contrôlée par des intérêts locaux. Ils se replièrent difficilement pour ramener leur transport à travers le portail de transit, faisant leur rapport à l’Union solaire sur une invasion Alien.

 

Expansion des Ljads et fondation de la Légion étrangère de Mars unifiée

 

UMFL
L’insigne UMFL, montrant le cercle rouge de Mars à travers des cimeterres croisés de Southport. Certains disent que le cercle blanc au centre figure la calotte polaire ancestrale du Nord, qui sera à nouveau au centre, bien qu’aucun officier UMFL ne tolérerait jamais une telle insurrection dans leurs rangs contre le Mars unifié

Au cours des dix années suivantes, les Ljads utilisèrent le portail de transit conquis pour répandre leur religion à d’autres colonies abandonnées et à leurs portails de transit. Au fur et à mesure qu’elle se répandait, la crainte grandissait dans les organes dirigeants de l’Union solaire sur leur capacité à rallier d’autres colonies. En raison du coût élevé de l’envoi de soldats à travers les portes de transit, ils optèrent pour l’option la moins chère: le recrutement dans les colonies locales. En 0216 SC, la Légion étrangère de Mars unifiée (UEMU ou  UMLF) fut formée pour mettre sur pied des corps d’armée autonomes d’unités de châssis mobiles sur les colonies en proie au trouble. Couvert, formé et payé par l’Union solaire, l’UMFL est néanmoins mis sur pied par les populations locales. Elles sont équipées de cadres mobiles qui peuvent être construits et reconstruits à partir de pièces communes. Ces unités utilisent leurs « chars qui marchent » avec succès dans leurs efforts pour protéger le poumon vital d’une Union solaire de plus en plus désespérée.

 

Naissance des Colonies libres

La fondation de l’UMFL n’était pas bien accueillie par les populations locales Ljads endoctrinés qui étaient sous leur contrôle. En 0240 SC, une compagnie des UMFL arrêta le maire très populaire de la ville de Peloto dans la colonie de Quall pour avoir refusé de vendre leurs exportations au prix du marché TTA. L’émeute qui en résultat pris fin abruptement lorsque huit châssis mobiles, construits à partir de pièces de châssis de travail et peints dans des couleurs orange assorties, engagea les légionnaires non préparés dans une bataille sur l’autoroute en plein cœur des rues de Peloto.

Mobile Frame Zero1_Page_033_Image_0001
Nouri Eski est un nouveau membre de la compagnie de Haski, mais ses capacités mécaniques dépassent de loin celles que l’on pourrait attendre d’un membre si jeune. Sa haine de l’Union Solaire et des Ljads la pousse à prendre des risques extraordinaires à la grande consternation de son amie, Leoni.Malgré la perte de deux châssis des colons, les légionnaires furent tous tués ou emprisonnés. La bataille de Quall est maintenant considérée comme la première manifestation du mouvement des colonies libres.

Malgré la perte de deux châssis des colons, les légionnaires furent tous tués ou emprisonnés. La bataille de Quall est maintenant considérée comme la première manifestation du mouvement des colonies libres.

Les nouvelles de ce soulèvement se répandirent rapidement. Avec ou sans l’influence Ljad, de plus en plus de colonies utilisent toutes leurs ressources pour équiper et entraîner des cellules de colons libres, dont beaucoup ont capturé ou pris le contrôle de portails, les utilisant principalement pour la communication entre les colonies. Au cours des dernières années, de nombreux membres des Colonies Libres ont appelé ce système de communication « Le réseau fédéré colonial libre « , l’utilisant pour voter, diffuser des nouvelles, et communiquer les évolutions des modèles de Chassis et de tactiques.

Voyant le succès des Colonies Libres (et ses discussions au sujet d’une fédération sous un gouvernement central) comme une expansion de leurs ennemis, beaucoup de Ljads ne font maintenant aucune distinction entre les Colonies Libres et l’Union solaire. Ceux en accord avec cette vision cherchent à les contrer en utilisant les technologies maintenant bien maîtrisées du Portail de transit et des châssis mobiles pour commencer leur propre expansion, refoulant ceux qui voudraient les gouverner de loin.

 

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

  1 comment for “[MFZ background 2 / ?] une petite histoire de l’Union solaire et de son expansion jusqu’à aujourd’hui

  1. DV8
    16 septembre 2015 at 7 h 48 min

    Très bonne initiative!

    Je me permet de pointer du doigt vers le wiki http://wiki.mobileframezero.fr/ qui semble HS pour l’instant mais qui va renaître on l’espère.

    J’y ai posté l’embryon de VF (les règles seulement) fait par les membres du groupe FB: https://www.facebook.com/groups/259593707520716/

    Hésite pas a me contacter si tu veut le document 😉 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.