Polaris et Fate VF, en souscription ce mois-ci

D’ici quelques jours (vous pouvez vous abonner au site en haut à droite pour savoir quand, ou sur notre compte ulule) commencera une nouvelle campagne de Crowfuding – deux en fait. La dernière campagne remontant à presque deux ans, pas mal de choses ont changé. Voici donc le pourquoi et le comment de ces deux jeux.

Deux références de poids

Comme je l’ai expliqué, 500 NDG réserve désormais les publications papier à des jeux d’un certain poids. Soit au sens premier (dont les règles ne tiennent pas sur une poignée de pages, et/ou présentant un caractère littéraire ou « artistique » avéré), soit qu’il s’agisse de jeux qui font date, qu’ils soient ou non portés par une communauté. C’est le cas ici.

Le premier d’entre eux, Polaris (de Ben Lehman, pas l’autre JDR plus connu) était en gestation depuis très longtemps et avait été « congelé » en raison de complications contractuelles. Son caractère très littéraire (qui justifie aussi sa publication) a nécessité deux traducteurs, et de nombreux relecteurs. De fait, la lecture du jeu, entièrement écrit dans un style archaïque, présente en elle-même un intérêt. Mais le Polaris fait surtout date par les concepts qu’il introduit et que l’on retrouve dans beaucoup d’autres jeux. Ici, tous les joueurs incarnent des personnages chevaleresques et/ou les « seconds rôles », dans un monde voué à disparaître. Oui, on meurt à la fin. Mais c’est aussi et surtout un jeu qui règle la participation de tout le monde autour de la table, notamment par l’usage des phrases clefs qui servent à négocier les issues des actions. Ainsi, les règles elles-même font partie du « roleplay » (il n’y a pas de « vas y dédé, fait un jet sous Force »

Le second jeu est un JDR plus classique dans sa configuration (MJ/joueurs): le très attendu Fate, dans sa toute nouvelle mouture, enfin en français. Je ne pense pas déchaîner les foudres des piliers de forum en disant que c’est probablement LE système générique aujourd’hui, nourri en fut de chêne aux innovations narratives depuis 2004. Un outil de création et de consultation pour tout MJ potentiel, qui justifie donc pleinement le tronçonnage, le débitage et la transformation d’arbres en pâte à papier.

Moins de bidules, plus d’efficacité

Originellement pensé pour l’émergence de projets n’ayant pas à priori de sources de financements, le crowfunding est de plus en plus utilisé (sinon systématiquement) comme système de précommande pour contourner les intermédiaires et augmenter les marges bénéficiaires de structures souvent établies. Si pour 500NDG, c’est un aspect de la chose, le crowfunding est et reste surtout un recours indispensable.Rappelons aussi que Narrativiste fut l’un des premiers dans le domaine à y avoir recours, en 2011 et n’a pas vocation à faire du profit (si seulement c’était possible !). Lorsque vous apportez votre écot à un projet, vous ne réalisez pas (seulement) un « préachat » comme sur un méga projet avec un grand nombre de zéros au compteur, vous rendez d’abord l’édition du jeu possible (et/ou améliorez sa qualité). LE nombre grandissant de souscripteurs fait que, si beaucoup le savent, ça va mieux en le disant.

Les souscripteurs se verront donc maintenant,  automatiquement attribuer leurs noms dans les crédits et la version pdf, sans supplément aucun.

Ceci étant dit, les campagnes sur le point de commencer vont aussi revenir aux sources. Fini la multiplication des bidules qui alourdissent la réalisation des projets. D’autre part, la simplification était devenue nécessaire en raison des quantités à expédier et pour faire appel à un partenaire logistique. Les frais de port seront donc très légèrement plus chers (1.5 euro en moyenne) mais avec plus d’options et surtout une réactivité beaucoup plus grande dans la livraison (ie: ça ira désormais très vite, plus besoin d’attendre un bon mois ou plus).

Les contreparties seront donc, pour l’essentiel, destinées à améliorer encore la qualité des jeux tout en mettant en valeur le soutien des souscripteurs sur le modèle de ce qui avait déjà été fait pour Dungeon World (monstres sur mesure) et Grimtooth (pièges personnalisés, baptisés du nom du souscripteur).

Bref, on va faire moins, mais mieux et plus vite, en se recentrant sur l’essentiel. Rendez-vous courant du mois pour découvrir cela.

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.