Capes, VF et gratuit : créez des histoires de super-héros sans MJ, préparation ni lecture des règles. Le saint Graal des jeux narratifs ?

LA CARAVELLE AOUT 2016 CAPES LITE VF_Page_01

Les jeux narratifs ont la cote. Normal : ils représentent la recherche du meilleur du JDR (créer et vivre une histoire), sans ce qui le rend difficile à jouer (besoin de préparation, d’un MJ sachant émjé, de rolistes, et de temps…). Mais combien de promesses non tenues qui risquent de galvauder le genre ?

On trouve ainsi de plus en plus « jeux narratifs » dans le monde du JDP comme du JDR, qui passent leur temps à re-inventer la roue, les uns avec des LDVLH a bases de cartes, les autres avec des sempiternelle « règles simplifiées mises en boite », chacun prisonniers de leurs paradigmes. Inexplicablement, aucun ne regarde ailleurs, là ou pourtant, « ça se passe » et ou il suffirait d’apprendre et d’adapter. 

C’est ce qu’avec nos (modestes) moyens de la Caravelle nous avons réalisé la VF de ce jeu « print and play », que vous trouverez en téléchargement gratuit : Capes. A vous de vous faire votre idée….

Attention aux âmes ludiques sensible: oui, cet article contient une petite dose d’acrimonie

fiches de personnage click'n'load

Exemple de création de personnage a partir des fiches click’n’load de Capes, extrait du plateau de jeu

Les jeux narratifs, c’est comme les frites Mc Cain

Capes (comme les capes des super-héros) et un jeu de Tony Lower-Basch publié en 2005, issu du forum « The forge » qui fut le creusot de l’innovation dans le domaine des jeux « fictionnels/de rôle ». Il est d’ailleurs sorti du même endroit et pratiquement en même temps que Polaris et quelques autres jeux cultes, « séminaux » s’il en est. En fait, pour tout dire, Capes était l’un des derniers « grands » jeux narratifs non traduits. C’est fait.

Cette version « light » est pratiquement complète. Il ne manque que deux règles, celle du « gloating » et des « familiers » des personnages, ainsi que des règles « optionnelles » ( notamment sur les objets en tant que personnage). Remerciez Khelren pour son constant investissement de qualité, et le tout aussi patient Czekow pour son travail minutieux sur le « plateau de jeu  »

Il aura donc fallu onze an pour ce que ce dernier des grands soit traduit. Pourquoi est il si mal aimé ?

Premièrement, comme Polaris, c’est un jeu sans MJ, ce qui l’éloigne notablement de l’immense majorité des pratiques établies joueurs de jeu de rôle.  Et je peux vous dire que les jeux de Narrativiste/500NDG sans MJ n’ont jamais déchaîné les foules rolistes. Mieux, alors que depuis 2010, on en a largement parlé (et publié: hormis Polaris, citons Le comité pour l’exploration des mystères, Mnémosyne, Un train d’enfer), il y avait encore en 2016 des rolistes tout surpris, qui découvraient que ça existait à la faveur d’une campagne de CF pour un jeu sans MJ « maison ». Les jeux sans MJ trouvent donc peu leur public chez les rolistes actifs. Mais en plus, Capes aggrave son cas. Car, contrairement à Polaris, c’est en plus un jeu ouvertement compétitif. On s’éloigne encore du monde connu.

Bref, avec Capes, on est totalement dans « autre chose ». Disons le, dans le « vrai » jeu narratif: c’est à la fois un jeu pour raconter des histoires, comme le JDR….mais son système est aussi « résiliant » que celui d’un jeu de plateau (on ne « triche » pas)….tout en étant absolument pas (j’insiste) un jeu pousse cubes-et-cartes estampillé « narratif » (suivez moi regard chez les « hits » médiatiques du moment).

extrait du plateau de jeu par Czakow

extrait du plateau de jeu par Czakow

Alors concrètement, ça marche comment ?

Un peu comme dans Sword Without Master tout le système de Capes est en fait un prétexte pour répartir clairement la narration entre joueurs (sans ambiguïté, comme dans un JDP) et créer une dynamique typiquement « ludique » (comme dans le JDP). Mais il y a de « l’input »: on ne se contente pas d’abattre des cartes ou d’aller au chapitre 4 : on crée ensemble une histoire (comme dans le JDR). Le jeu voit s’affronter deux factions (ou plus) , ici les super-héros, guidé par des valeurs (justice, amour….) et les super-vilains, motivés par des défauts (vengeance, désespoir, etc…). A vous de choisir votre camp et c’est parti. Vous creer ensemble votre histoire comme si c’était une BD, scene par scene, page par page.

Capes, c’est donc le saint Graal ludique pour les non rolistes et les rolistes morts-vivants:

  • D’abord, c’est un jeu sans aucune préparation. Zéro. Garanti. Pas de scénario a préparer, rien a expliquer sur l’univers, etc…
  • Allié au coté compétitif « fermé » comme dans un jeu de plateau, ce jeu est aussi facilement partageable avec des « non rolistes », qui seront plus facilement accrochés par le le rythme du « ludus » et moins paralysés par l’investissement que suppose le Jeu de rôle  (le typique : « bon alors tu rentres dans une auberge, tu fais quoi…..heuuuuu »). Un point clef quand on se trouve « isolé » des tribus rolistes.
  • Enfin, avec cette édition, on est allé encore au delà. Les règles elles-même sont écrites sous la forme d’un tutoriel, donc sans lecture préalable. On les a accompagné d’un résumé pas à pas et d’un « plateau » d’un genre nouveau, servant à suivre les règles visuellement, et qui comporte une arène pour les combats.
  • Tout est fourni, sauf les crayons et les dés et les jetons. Les personnages sont aussi fournis. Ce ne sont pas des « prétirés » mais des fiches de pouvoir/caractere permettant en quelque secondes de composer votre personnage (des fiches « Click’n’load »)

Il vous reste à imprimer et tester dans des conditions « grandeur nature » (en famille, avec les cousins, etc…)

Alors oui, au contraire du Jeu de rôle, il y a probablement plus de distance avec les personnages, moins d’immersion. Mais je pense que c’est plus que compensé par toutes ses qualités, et la tension purement ludique.

Si vous avez apprécié ce « prototype » , et si vous avez des retours, suggestions ou remarques, le forum est la pour ça. Le prochain pas est de hacker le système (l’auteur n’ayant pas souhaité une traduction complète, mais autorise le détournement) pour vous proposer un véritable jeu en boite, en perfectionnant encore la présentation…car comme vous le verrez, le système se prête à tout univers ou deux « groupes » s’affrontent.

En attendant, sachez qu’en fin de mois, la caravelle propose une autre version « plateau print and play » d’un jeu, Sword Without Master, sous forme de parchemin.

Bon jeu !

Liens :

Capes: en téléchargement ici 

La caravelle (a partir de 3 euros) : pour découvrir chaque fois des traductions, et nous aider à les financer.

Une demo en flash détaillée sur le site de l’auteur, qui permet de voir à la fois le niveau stratégique, narratif, et la mise en oeuvre des regles par les joueurs. Dans l’absolu On aurait pour vous proposer un « tuto » interactif sous android. Qui sait un jour, dans la Caravelle…

 

 

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.