De LEGO à la culture briques, une petite histoire (1/3)

boite

Il règne encore beaucoup de confusion au sujet des briquettes. Et comme le set pour Mobile Frame Zero, le jeu de mechas, n’a rien à voir avec la marque LEGO, le moment est venu de faire le point sur la question. Si la marque LEGO reste incontournable, il existe depuis presque une génération une multitude de marques qui explorent des voies différentes et contribuent au dynamisme et à la diversité de la culture briques. Voici la première partie de ce pan d’histoire méconnu de la culture geek : l’invention et l’âge d’or de la briquette LEGO à l’ombre des brevets.

LGEO brevet

si vous voulez vous y mettre, le brevet original sur l’office européen des brevets , qui au passage vous renseignera sur les caractéristiques de la briquette, se trouve ici

Sans faire tout l’historique de l’entreprise – et de la brique – LEGO, rappelons que c’est un des fils du fondateur, Godtfred Kirk Christiansen, qui fit de la petite menuiserie familiale, la très grande entreprise mondiale qu’elle est aujourd’hui. Justement, tout cela commence par le rachat des brevets à la famille, et le dépôt international aux USA et en Europe, afin de protéger le système, le 28 janvier 1958, au moment où sont créées les filiales anglaises, françaises et allemandes. Dix années plus tard, au milieu des années 70 LEGO connait un développement soutenu.

On est encore à l’âge des jolis maisons et autres trains. Mais à la fin de la décade, la minifg est créée, ainsi que la première gamme « space ». L’imagination moderne prend son envol. C’est aussi le moment ou Kjeld Kirk Kristiansen, le fils, prend le relais. C’est certainement alors que débute l’âge d’or, celle de la première génération de Geeks, et que les LEGO s’imposent.

A cette époque en effet, LEGO était une marque de jouets de construction presque comme une autre, à l’instar de MECCANO et bien d’autres. Mais à la différence de cette dernière, elle était, jusqu’à la fin de la décade, protégée par un brevet qui empêchait la compatibilité…

TENTE, ou les premières « Briques » non LEGO

 

Pour comprendre le probleme jusqu’ici, prenons un contre exemple. Certains d’entre vous se souviennent peut être de ces briquettes « bizarres » des années 80 que l’on trouve parfois dans des stocks de briques LEGO ou MEGABLOCK achetées dans les vide greniers. Elles étaient fabriquées et distribuées en France par MIRO, sous licence de la marque Catalane TENTE, créée au début des années 70, justement au moment du décollage de LEGO.

Les modeles étaient largement aussi élaborés que ceux de LEGO et dans l’air du temps, avec leur lot de bases spatiales et autres cosmonautes du futur. Mais le hic avec TENTE c’est qu’ils étaient strictement incompatibles avec vos autres briques LEGO. Le système (qui comme on le voit comportait des picots a l’intérieur des « studs »), a pu être choisi, comme l’affirme cette publicité, pour offrir plus de possibilités de connexion, mais le fait est que TENTE n’avait pas le choix, le syteme de briques LEGO étant à cette époque protégé par brevet.

Ainsi, vos LEGO et vos TENTE ne pouvaient se mélanger, limitant les combinaisons. Si les systèmes avaient pu être compatibles, les prix des sets auraient baissé, et les enfants auraient probablement eu bien plus de briques. TENTE serait probablement toujours la, et la culture briquette aurait connu un décollage encore plus rapide, avec plus de diversité et d’émulation

Mais il n’en fut rien. Les jeunes créateurs étaient sommés de faire un choix entre deux systèmes incompatibles. Le plus faible, TENTE, est ainsi tombé au champs d’honneur des guerres des standards, rejoignant les BETAMAX et autres SECAM, faisant au passage une victime collatérale : l’enfant, futur geek, sommé de prendre parti.

L’aventure TENTE a quand même duré deux bonnes décades. Pour les curieux, la marque à un site de nostalgiques (en espagnol) http://www.latenteteca.com/

Ainsi, au début des années 90, le monopole sur le système de briques LEGO arrive à terme avec l’entrée du brevet dans le domaine public (un brevet étant protégé entre 20 et 25 ans). Les longues années 70-80 de vaches grasses s’achèvent pour la marque Danoise, et une nouvelle ère s’ouvre pour les fans de briques.

Mais tout ceci est une autre histoire….

 

Pour tout savoir sur Mobile Frame Zero:

http://www.500nuancesdegeek.fr/category/en-cours/mobile-frame-zero/

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

  1 comment for “De LEGO à la culture briques, une petite histoire (1/3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.