Hic Sunt Dracones : des jeux de plateau »print and play » pour jouer avec la réalité

Si tu es joueur de jeu de plateau thématiques, de ceux qui aiment raconter des histoires épiques, et moins ou pas du tout, pousser des cubes-pour-engranger-des-points-de-victoires. Plus encore, si tu aimes les sciences humaines, les sciences tout court. Alors ceci pourrait t’intéresser….

High Frontier, l’occupation du système solaire, « pour de vrai »

Version courte :

500NDG lance un nouveau « magazine-collaboratif-en-ligne », sur le modèle de la Caravelle. Il proposera des jeux de plateau/cartes, print and play, d’un genre particulier: les jeux qui « jouent avec la réalité », mais qui ne se limitent pas aux Wargames, dans le genre de la trilogie Bios, Pax, etc…

Le magazine sera entièrement non-profit, et évoluera en fonction des fonds recueillis, pouvant s’étoffer d’articles et, qui sait, d’une version papier prédécoupée. Deux à trois numéros sont prévus par an.

Version longue:

Depuis sa création, il y a 10 ans maintenant, 500NDG s’intéresse à la fiction et aux moteurs qui la produisent. Ca a commencé à les jeux narratifs et autres JDR indés. Puis en route, on s’est mis à publier directement de la fiction. Plus récemment, on s’est mis aux gros jeux thématiques comme High Frontier ou Pax.

La différence entre ces derniers et la grande famille élargie des « jeux de rôles » est, tout comptes faits, moins sur la forme (on a toujours l’impression de vivre une histoire riche, voire d’incarner un personnage dans ces jeux de plateau), que sur le fond: alors que les JDR sont très majoritairement centrés sur l’imaginaire, une certaine catégorie de jeux de plateau (les wargames au premier plan, mais pas seulement) construit sa « fiction » sur la réalité. On y parle par exemple, dans ceux que j’ai cités, de l’influence du capitalisme qui travaille la renaissance, des moyens techniques d’accéder à l’espace, de mécanique céleste et j’en passe.

Contrairement aux jeux de simulation « purs » de la génération des années 70-80, ces jeux assument leur part « fictionnelle ». Leurs systèmes sont davantage des « émulations » de cette réalité, dont ils illustrent certains mécanismes et sur lesquels ils s’appuient pour construire ces mécaniques ludiques qui vont permettre notre « suspension de crédulité », absorbé que nous serons dans la résolution de problèmes à travers notre alter-ego.

Pax Renaissance. Fernand Braudel, nous voila

Bref, je parle de cette catégorie de jeux, jusqu’ici non clairement identifiés (le terme flottant de « Warteau » ou « d’Eurotrash » est parfois invoqué), à la fois ancré dans la « réalité » et dans la fiction, en la mettant en narration.

Ces jeux fantastiques qui m’ont fait découvrir tant d’idées, appris tant de chose, bref, qui m’ont faire replonger dans le jeu de plateau. Bref, pour 2021, nous allons contribuer, avec 500NDG à renforcer le genre, et fédérer, ceux qui sont intéressés, joueurs et game designers.

Cela prend la forme de Hic sunt Dracones: un « magazine » dédié à ces jeux. Un magazine composé essentiellement de jeux, et de leurs notes de design/analyse du réel qui a permis de les créer. Une sorte de Vae Victis ou Against the odds, mais sans spécialisation sur la guerre.

Pour l’instant, le magazine n’est prévu que sous forme dématérialisée. Mais les ambitions augmenteront au fur et à mesure des fonds recueillis.

Vous en savez assez. Pour plus de précisions, c’est ici: https://fr.tipeee.com/hsd

Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.